Lepermislibre annonce son projet d’introduction en bourse sur Euronext Growth® Paris

En savoir plus
  • Code
  • Permis
  • Assurance
  • CPF
Je m'inscris

Le temps de réaction au volant

Le temps de réaction au volant du conducteur est la période entre le moment où un événement dangereux se produit sur la route et le le moment où le conducteur commence à freiner. De nombreux facteurs influent sur la distance d’arrêt nécessaire pour immobiliser le véhicule. Focus sur cette notion importante de la Sécurité routière et du code de la route : sa définition ainsi que le calcul de la distance d’arrêt en fonction du temps de réaction.

SOMMAIRE

Quelle est la durée du temps de réaction au volant ?

Sur le réseau routier, que l’on soit en agglomération ou sur l’autoroute, il est indispensable de savoir s’arrêter à temps.

De manière générale, tout conducteur peut anticiper l’action de freiner via divers éléments qu’il croise sur la route : feux de signalisation, panneaux. Mais quelle est la durée de temps de réaction en cas d’événement imprévu ?

Le calcul du temps de réaction

De manière générale, la durée du temps de réaction peut se décomposer en différentes étapes :

1.      La perception de l’élément

2.      L’analyse de la situation

3.      La prise de décision

4.      L’action d’appuyer sur la pédale de frein

Sachez que la durée du temps de réaction est d’une seconde pour un conducteur en forme, roulant dans des conditions de circulation et de visibilité normales (temps ensoleillé, chaussée non verglacée ou glissante, pas de brouillard, etc.).

Cette courte durée pour réussir à stopper son véhicule est généralement suffisante si la distance de sécurité entre deux véhicules qui se suivent est respectée.

Néanmoins, il peut être difficile d’évaluer l’impact du temps de réaction si l’on se base uniquement sur la notion temporelle. En effet, pendant le temps de réaction, la voiture continue néanmoins à avancer.

Ainsi, le temps de réaction au volant peut aussi s’évaluer par rapport à la distance parcourue : soit en multipliant le chiffre des dizaines de la vitesse à laquelle le conducteur circule par 3. 

Ex. : à 80 km/h, le calcul de la distance parcourue pendant le temps de réaction est de 24 m (puisque 8×3 = 24m).

A 130 km/h, elle peut atteindre 39 mètres soit la longueur d’une bande d’arrêt d’urgence (puisque 13×3 = 39m) !

Je souhaite être rappelé

Obtenez le code de la route en moins d’un mois

Je m’inscris

Les facteurs qui impactent le temps de réaction

Le temps de réaction au volant est en grande majorité lié à des facteurs humains et non à des éléments mécaniques du véhicule. Il peut facilement s’allonger à 2 ou 3 secondes en fonction de plusieurs facteurs d’inattention ou liées à la condition physique du conducteur :

Ce temps de réaction de 2 à 3 secondes augmente mécaniquement la distance parcourue par rapport à un état normal.

Quelle est la distance pour arrêter son véhicule ?

Après le temps de réaction (et sa distance parcourue), le conducteur appuie sur la pédale de frein. Cette action implique une distance de freinage. Les deux notions « distance de freinage + distance du temps de réaction » permettent d’évaluer la distance totale parcourue pour stopper et immobiliser le véhicule face à un événement dangereux.

Cette distance d’arrêt du véhicule peut être calculée de manière simple en multipliant le chiffre de la dizaine de la vitesse réalisée par lui-même. Soit pour un véhicule à 130 km/h, une distance d’arrêt du véhicule de 169 mètres (13 x 13 = 169 m).

A noter que pour évaluer la distance de freinage, il suffit de soustraire la distance d’arrêt totale – distance du temps de réaction. Pour notre exemple à 130 km/h, distance d’arrêt 169 – distance temps de réaction de 39 (130 x 3) = 130 mètres de distance de freinage.

A noter que la distance d’arrêt peut varier en fonction de multiples facteurs : la vitesse du véhicule, l’état de concentration du conducteur, l’état de la chaussée, l’état du véhicule (pneumatiques notamment), etc.

Le temps de réaction au volant est une notion importante qu’il est indispensable de maîtriser à l’issue de l’apprentissage de la conduite. Cet élément de premier plan de la Sécurité routière constitue un élément primordial de la réussite de l’examen au permis, mais également de la vie du conducteur et des autres usagers de la route.

Articles similaires

La conduite en état d’ivresse, en plus d’être dangereuse, est sévèrement punie. Voici les règles à respecter et les sanctions liées à l’alcool au volant.

Conduite en état d’ivresse : limites et sanctions de l’alcool au volant

Savez-vous où placer le A jeune conducteur sur votre voiture ? Un détail qui a son importance ! Nos astuces et ce qu’il faut savoir sur le disque A.

Où placer le A de jeune conducteur sur son véhicule ? Jusqu’à quand ?

Désormais, le refus de priorité au passage piéton vous coûtera 6 points sur votre permis de conduire ! Le point sur cette modification du code de la route.

Refus de priorité au passage piéton et retrait de points : le code de la route modifié

Découvrez quelles sont les règles du code de la route concernant l’acuité visuelle minimale pour conduire une voiture et les dispositions mises en place.

Quelle est l’acuité visuelle légale pour conduire ?

Découvrez comment déterminer la distance de freinage d’un véhicule, une compétence évaluée au code de la route.

S’arrêter à temps : calcul de la distance de freinage

La distance de sécurité, sur autoroute comme sur route, est un espace vital. Découvrez comment calculer les distances de sécurité en conduite

Distance de sécurité : calcul et évaluation

Après quelques heures de conduite, la fatigue et la somnolence associée représentent des risques importants en matière de Sécurité routière. Un accident mortel sur trois sur l’autoroute est causé par une somnolence au volant. Sous-estimés par les conducteurs, les premiers états de fatigue peuvent pourtant être évités en repérant les signes annonciateurs. Zoom sur cet …

Fatigue au volant : que dit le code de la route ?